Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2011

Money time

La crise procède comme vous l'avez sans doute remarqué, d'un calendrier de plus en plus accéléré. Elle s'emballe, tout simplement, faute d'une prise de conscience réelle de nos dirigeants ou, pire, de leur volonté de ne pas accepter ce qui est pourtant désormais imparable : le chute de ce système.

Depuis déjà quelques années, votre serviteur, inspiré par ses lectures et ses propres réflexions mâtinées d'une intuition qui pour le moment ne l'a pas trompé, a dessiné l'alternative de notre époque comme suit :

-les décideurs ne se soumettent pas aux faits, préservent leur pouvoir et leurs intérêts coûte que coûte. Ils essaient de sauvegarder le système néolibéral en contournant, voire en supprimant la démocratie. Cela leur permet de faire porter tout le poids économique sur les classes populaires et moyennes, qui sont sommées de faire toujours plus de sacrifices, pour permettre aux rentiers de ne pas assumer le risque des placements financiers pour le moins aventureux qu'ils ont consentis. (les petits épargnants sont le noeud du problème, puisqu'ils servent de caution aux financiers pour se préserver, mais comme je l'ai déjà montré dans mes derniers billets sur la crise, c'est un argument qui peut aisément être démonté)

-la prise de conscience d'une fin de règne s'impose à une majorité et l'hétérodoxie économique est mise en oeuvre afin de sauver le monde d'une période potentiellement dramatique qui suivrait un chaos économique. Il suffirait pour cela de revenir sur certains dogmes, à savoir permettre à la banque centrale européenne de financer directement les états pour les soustraire au chantage du marché et remettre en place un contrôle des capitaux pour définitivement court-circuiter le secteur financier et permettre aux investissements d'alimenter l'économie réelle, avec à la clé une meilleure répartition des richesses. Cette solution se heurte bien entendu à l'opposition radicale de la finance, relayée par le gouvernement français pour ne citer que lui, qui défend les banques avec un acharnement qu'on aimerait lui voir quand il s'agit du service public. Elle bute également sur les idéologues monétaristes et ordo-libéraux, très représentés à l'échelle de l'Union et surtout de l'Allemagne, sourde à toute tentative de monétiser la dette (financement direct) et agitant le spectre de l'hyper-inflation de l'année 1923, qui a certes durablement marquée les esprits par sa violence bien réelle, mais sert aujourd'hui de subterfuge pour camper sur des positions pourtant intenables économiquement, y compris pour les intérêts allemands à moyen terme.

1208570_83045634.jpg

Si vous n'êtes pas aveugles ou de mauvaise foi, vous aurez conclu que c'est la première option qui a été choisie. Les derniers épisodes grecs et italiens en témoignent de façon presque caricaturale et transparente : il n'y a qu'une politique possible, demander aux citoyens leur avis est passible d'excommunication inflexible (même si le referendum grec était tout sauf dirigé vers les électeurs de la part de Papandreou), tout politique qui n'est plus en mesure de tenir la barre solidement est prié de déguerpir, on le remplace par un représentant quasi officiel du secteur financier favorable au "fédéralisme européen", c'est à dire en ce moment, à la prise de pouvoir des marchés (Papademos a été vice-président de la BCE et proche de Goldman Sachs, Monti est conseiller de la même méga-banque)

Certains vous diront que ces "experts" sont incorruptibles et valent bien mieux que les dirigeants qui viennent d'être exclus. On les trouve parmi les européistes les plus forcenés et bien entendu chez les néolibéraux qui ont toujours affiché leur défiance du politique et leur préférence vis à vis de la "gouvernance économique". Se passer de la consultation citoyenne est pour eux un signe de sagesse. Vous noterez qu'ils justifient la pertinence de leurx choix par les sondages qui montrent qu'une large majorité en Grèce comme en Italie, se réjouit du départ des anciens premiers ministres, ce qui vaut automatiquement soutien aux futures politiques d'austérité qui ne vont pas manquer d'être menées comme d'aggraver encore la situation (mais on ne change pas une méthode qui perd). Gourverner en s'appuyant sur les sondages, c'est une garantie démocratique, tout le monde en conviendra n'est ce pas ?

Cependant, au contraire d'un Jean Quatremer, taulier du blog Les coulisses de Bruxelles, partisan du recadrage technocratique, qui hésite entre ce genre de retour de flamme propagandiste et une lucidité épisodique quand il se range à l'idée que seule la BCE peut sauver l'euro en rachetant sans limite les dettes publiques, des voix de plus en plus nombreuses se font entendre pour dénoncer cette dérive autoritaire, au nom de l'Union, des marchés ou des deux à la fois. Ainsi, Jean-Pierre Jouyet, europhile s'il en est (président de l'autorité des marchés financiers et ex secrétaire d'Etat chargé des affaires européennes du gouvernement de François Fillon), vient de dénoncer récemment la "dictature de fait" de la finance, contre laquelle les citoyens finiront par se révolter.

1083202_30103190.jpg

Nous en sommes donc là aujourd'hui, dans une dérive très prévisible de la situation politique, quand les mesures préconisées pour solutionner la crise, elles, sont toujours les mêmes et d'une inefficacité catastrophique. La récession s'invite à nouveau, l'austérité agit de façon pro-cyclique en contractant l'activité, les revenus fiscaux et donc en augmentant encore l'endettement, les marchés, comme des vautours, dépècent la bête en exigeant d'elle qu'elle leur fournisse plus de viande. Quand Nosferatu constatera que l'aurore pointe, il s'apercevra trop tard que tout le sang aspirée à sa victime désormais défunte, n'a servi qu'à raccourcir sa vie de mort-vivant. Nous serons à ce moment là, tous sur le même bâteau, malheureusement...

Mais la période est encore aux sommets ultimes de la dernière chance qui ne se représentrera plus, dont on célèbre le néant décisionnel avec fastes pompes et moulinets de bras. Le FESF, fonds de solidarité est mort né, produit de vielles recettes financières (effet de levier, véhicule financier spécial) qui sont directement à l'origine de la crise. Il a de plus été fauché à la fois par les refus dogmatiques allemands et la future dégradation de la note française, qui ne permettra plus d'en faire un outil considéré fiable par le secteur financier. Ce dernier en aurait pourtant largement bénéficié mais il est pourtant directement à l'origine de cette fragilisation par ses attaques sur les dettes publiques. Le serpent se mord la queue...

Le temps s'accèlère, la situation s'aggrave. Il y a pourtant des solutions, comme je l'ai déjà dit. Financement direct des états, contrôle des capitaux, restructuration du secteur financier (certaines mesures sont préconisées par Frédéric Lordon, voir mes favoris), discussion avec la Chine d'un nouveau système monétaire plus équilibré, qui pourrait s'isnpirer largemement du Bancor de Keynes (voir le blog de Paul Jorion en lien dans mes favoris), au final, une meilleure répartition des richesses et une économie durable. Ces solutions sont portées par une certaine offre politique, celle de Jean-Luc Mélenchon par exemple. Une partie des Verts les défendent également...

La partie s'accélère et il ne reste plus beaucoup de temps avant un basculement irrémédiable. Comme au basket, c'est le moment crucial, qui porte diablement bien son nom, du money time... 

Basketball_scoreboard_BB_5210.jpg

25/04/2010

L'Union défait la force

La crise que la Grèce connaît actuellement est en fait une crise de l'Union européenne, une conséquence directe de ses choix économiques. Il est bien entendu bien trop facile d'en renvoyer la responsabilité aux seuls grecs. Bien sûr, le pays a montré des faiblesses de gestion évidente dont la corruption et l'évasion fiscale sont les deux principales. Mais que dire du corset idéologique qui a entravé tous les pays membres depuis la signature du traité de Maastricht, traité dont les critères de convergence en vue de la finalisation de l'Euro devraient être aujourd'hui clairement sur le banc des accusés.

 

761102_90705894.jpg

Oui bon, chacun s'habille comme il veut après tout. C'est quand même pas une raison pour faire payer 10% de taux d'intérêts.

 

Croire que des Etats aux économies (et aux cultures) aussi différentes que la Grèce et l'Allemagne pouvaient respecter la règle des 3% maximum de déficit public et des 60% d'endettement partaient déjà d'une espèce de naïveté dogmatique assez ahurissante. On sait ce qu'il est advenu depuis : un concours de camouflage statistique pour masquer la triche omniprésente, quelque soit le pays. Même les soit-disant meilleurs élèves comme les allemands ne sont pas blancs comme neige. Pourquoi auraient-ils ainsi fermé les yeux sur les dérives grecques, secret de polichinelle, ou refusé qu'Eurostat, l'équivalent européen de l'INSEE, puisse contrôler les chiffres budgétaires de façon plus sévère ?

Les critères de Maastricht, basés sur les théories monétaristes, n'étaient tout simplement pas viables pour un ensemble économique hétérogène comme l'est l'Union. Mais plus encore, d'un point de vue social et politique, ils portaient en eux les germes de la crispation actuelle qui est en train de faire vaciller l'Europe, à la suite de tout le corpus idéologique néolibéral qui constitue les fondations de l'Union actuelle. On a aussi beaucoup parlé de l'article 123 du traité de Lisbonne, déjà présent bien entendu auparavant, qui interdit à la banque centrale, indépendante comme l'exige les dogmes monétaristes, de financer directement les Etats qui auraient besoin de fonds. Le prétexte qui peut-être recevable bien entendu, est d'éviter les dérapages politiques dans la gestion des finances et de façon grossière, de ne pas permettre un déversement de liquidités qui ferait exploser l'inflation, éternel souci de l'orthodoxie économique européenne.

Sauf que l'inflation est désormais un phénomène largement endigué, d'une part par les politiques d'austérité salariale et budgétaire dont l'Allemagne s'est faite la gardienne, au prix du sacrifice de ses classes populaires, d'autre part par la concurrence des pays émergents qui fait baisser les prix. On notera tout de même que les principes ne valent pas toujours puisque les banques, menacées de faillite par leur propre gabegie, ont été innondées d'argent par les institutions financières centrales, qui apparemment ne sont indépendantes que du pouvoir politique. Or il n'y a pas eu d'inflexion inflationniste, pour la bonne raison que ces fonds ont été directement réinjectés dans la spéculation financière et que seules quelques miettes ont transitées dans les canaux du crédit, presque asséchés (j'avais évoqué le phénomène dans un précédent billet)

 

Angela-Merkel_articlephoto.jpg

Photo : Thierry Roge/Reuters

Les critères de convergences ont donc contraints des pays qui n'en étaitent pas capables a observer des politiques économiques basées sur une orthodoxie néolibérale dont on a vu à la faveur de la crise combien elle était toxique. L'Allemagne, qui les a fixées en bonne partie, ne doit d'ailleurs sa relative bonne santé qu'au fait que les autres membres de l'UE n'ont pas pu suivre exactement son chemin. En effet, si tous avaient, comme nos voisins teutons, pressurés leurs salariés pour augmenter la compétitivité à l'export, ce qui a pour effet induit de diminuer la consommation intérieure, personne n'aurait pu acheter les produits allemands et le fameux modèle se serait écroulé piteusement, ce qui risque d'ailleurs d'arriver si Merkel s'obstine à vouloir faire cavalier seul.

C'est là qu'intervient l'article 123 (ex 104 de Maastricht). Il fait en quelque sorte office de deuxième lame en interdisant à des pays qui n'ont pas pu rester à un niveau de compétitivité suffisant du fait d'une monnaie surévaluée (la dévaluation étant impossible) de pouvoir financer ses déficits à des taux préférentiels. Seuls les marchés financiers peuvent être mis à contribution, ce qui lance un cercle vicieux : le déficit, signe de mauvaise gestion aux yeux des gardiens de l'ordre économique néolibéral, inquiète les marchés qui exigent donc une prime de risque plus importante pour acheter les obligations qu'émettent les états pour se rajouter des lignes de crédit, les taux montent, les Etats voient le prix de leur dette augmenter, doivent mobiliser plus d'argent pour y faire face, donc emprunter à nouveau sur les marchés, qui s'en inquiètent encore plus, donc font monter derechef les taux etc... Dans le même temps, les efforts d'austérité demandés immanquablement par les vestales de la saine gestion des finances ont un impact négatif sur la croissance, ce qui réduit d'autant plus les rentrées fiscales et vous l'avez deviné, contribue à faire croître le déficit et donc la nécessité d'obtenir des crédits auprès des marchés, dont la voracité n'a jamais de limite.


nm_127016_px_501__w_varmatin_.jpg

Dans ses fondements même, l'Union portait en elle son éclatement en cas de crise. L'Allemagne est aujourd'hui la figure exemplaire de ce processus, au nom de dogmes qui ont fait advenir la plus grave catastrophe économique depuis 1929. Non seulement, la cohésion de l'Euro est remise en cause mais dans le même temps, la solidarité européenne vole en éclat, tout simplement parce qu'elle n'était qu'un vernis que les traités ne pouvaient contribuer à solidifier, bien au contraire. On ne construit pas l'unité dans la concurrence exacerbée. Ce genre d'évidence avait bien entendu été rappelé par les nonistes de gauche en 2005. On sait à quelles réflexions cinglantes ils ont du faire face...

Aujourdh'ui réapparaissent des comportements d'exclusion dont on pensait qu'ils appartenaient au passé. Il n'y a qu'à voir avec quel mépris les allemands traitent aujourd'hui les grecs. Quelles que soient les erreurs véritables qu'ils aient pû commettre, ils ne méritent pas, si l'on s'en réfère à l'idéal européen, ce genre de considérations quasi raciste. Le danger en est directement palpable. Par ailleurs, sur le plan politique, cette attitude montre drastiquement ses limites puisqu'il aurait suffit d'afficher solidement la volonté d'aider la Grèce pour que les marchés rentrent à la niche. Au contraire, le signal envoyé a été très clair. Désormais, ils savent qu'ils font la pluie et le beau temps, que la puissance publique n'agit que pour essayer de leur plaire, ce qui revient à pactiser avec le diable. Le Portugal, l'Espagne et d'autres sont déjà en ligne de mire. Ce n'est pourtant dans l'intérêt de personne que les Etats en viennent au défaut de paiement, pas même de la grande Allemagne qui se trouvera fort dépourvue, toute fourmi qu'elle soit, quand l'Union sera financièrement sinistrée. Je ne parle même pas des financiers dont la majorité perdra sa chemise. Cela illustre simplement leur incapacité à voir plus loin que le profit immédiat...

Force est de constater que les traités interdisent quasiment de fait la solidarité, la vraie, celle qui ne demande pas de compte, celle qui fait la cohésion et l'unité. L'évolution vers la crise actuelle était toute tracée et l'Union affiche désormais son vrai visage, fait d'égoïsme. L'idéologie économique à laquelle s'accroche encore dramatiquement nos dirigeants y pousse inexorablement, réveillant de biens mauvais souvenirs, avec la complicité passive ou non de beaucoup de nos concitoyens. Car la figure du cueilleur d'olives paresseux et dépensier ou celle du parasite fonctionnaire dont on ne veut plus payer le salaire et les vacances, sont le miroir d'une même mesquinerie, d'un abêtissement sans nom, d'une régression de civilisation.

drapeau_europe_et_27_.jpg

Plus que jamais, la construction européenne apparaît incontournable pour faire face aux nouveaux défis mondiaux et sauver un modèle de société qui reste le plus équilibré. Mais pour ce faire, il faudra jeter au feu les traités actuels, repartir sur de nouvelles bases, politiques et sociales, loin de théories économiques complètement obsolètes et malsaines. Je crois que les français, s'ils s'appuient sur une certaine tradition d'égalité et de solidarité, auront à nouveau leur mot à dire. Encore faut-il qu'ils sachent retrouver des valeurs qu'on a jugé bon de stigmatiser comme ringardes (le service public en fait partie, dans l'idée que tout n'est pas que marchandise et profit financier). Finalement, nôtre vieux pays, malgré tous les coups que lui donnent aujourd'hui certains de ses enfants, peut s'ennorguellir de sa solidité. S'inspirer de certains principes permettrait peut-être de refonder l'Europe, de ne pas en rester à cette Union qui défait la force...