Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2008

O brothers

Hier, j'ai laissé les cloches sonner toutes seules et je suis allé au cinéma. Je passe rapidement sur la cohue au Gaumont Parnasse rappelant les rassemblements fiévreux au moment des soldes, mais sans la haine de l'autre, pour vous parler du film qui avait fait l'objet de mon choix comme toujours judicieux et pertinent : A bord du Darjeeling limited, de Wes Anderson.

 

1721245695.2.jpg

Déjà, les bandes-annonce des deux premiers long-métrage du réalisateur avaient attiré mon attention, tant La famille Tenenbaum et Le monde aquatique semblaient receler la loufoquerie, l'humour décalé et cette légèreté un peu mélancolique que j'aime à retrouver dans ce genre de films, dits indépendants. Malheureusement, je ne les ai toujours pas vus ce dont, après avoir cédé à la troisième tentative d'Anderson pour m'interesser, je ne me félicite encore moins qu'avant.

A bord du Darjeeling limited, c'est l'histoire de trois frères qui ne sont pas plus parlé depuis la mort de leur père, un an auparavant. A l'initiative de l'un d'eux, Francis (Owen Wilson), ils vont se retrouver en Inde à bord d'un train, le Darjeeling limited, afin d'entamer un périple spirituel qui permettra selon Francis, de ressérer les liens distendus. Sauf que bien entendu, tout ne va pas se passer excatement comme prévu...

 

 

Ce "rail movie" tient évidemment beaucoup à la personnalité et l'association des trois frères, campés idéalement par Adrien Brody (Peter), Owen Wilson donc et Jason Schwartzman (Jack). Dire que ces personnes sont originales est la moindre des remarques. Entre Peter, l'illuminé méthodique, enrubanné comme un oeuf de Pâques suite à un accident de moto récent (à l'origine de son désir de renouer les liens avec la fratrie), Jack, le séducteur apathique qui passe son temps à fuir la vie à la vitesse d'un paresseux (l'animal) et Peter, l'ahuri lunatique qui a du mal à se remettre de la mort de son père, Wes Anderson a non seulement créé trois personnage assez innénarables dans leur genre mais aussi réussi un casting quasi-parfait. On en vient ainsi à oublier complètement comment ce trio aux physiques et aux caractères si différents peuvent être liés par les gènes.

 

2046328561.jpg

Le deuxième apport décisif à ce film, c'est de l'Inde qu'il vient, de son exhubérance, de son exotisme, de son univers chatoyant. Le réalisateur s'en est emparée en la domptant un tantinet, notamment au moyen d'une photo baignée d'une lumière chaude et intense qui polit les couleurs épicées, les adoucit. Le montage du film quelque peu élastique fait se succéder les moments cocasses, voire carrément drôles, avec des épisodes plus tendres, mélancoliques ou poétiques, parfois ponctués de ralentis somptueux. C'est par exemple le cas lors d'une cérémonie funèbre traditionelle, un moment grave du film, mais complètement magnifié par l'image et la musique. A ce titre, la bande-son ne dépare pas, toujours adaptée au ton du film, à la fois légère et décalée, douce et rythmée. Le générique de fin est une surprise incongrue et "spéciale dédicace" à notre pays, mais je n'en dis pas plus.

 

1193544596.jpg

A propos de surprise, A bord de Darjeeling limited est précédé d'un court-métrage du même réalisateur, avec Jason Schwartzman et surtout, Natalie Portman, une des mes actrices préférées dont on voit généreusement la plastique agréable dans cette courte histoire cependant complètement liée au film qui suit. Excellente idée en tout cas ! A noter aussi une apparition dans le long-métrage cette fois, de Bill Murray que j'apprécie énormément et qui a joué dans les deux réalisations précédentes d'Anderson. (si vous ne les avez pas déjà vu, je vous conseille fortement Un jour sans fin et Lost in translation pour vous faire une idée de la qualité de cet acteur)

Pour conclure, je dirais que je suis sorti très satisfait de la projection. J'ai aimé le côté complètement loufoque de ces trois frères en quête les uns des autres, un peu perdus dans cet univers à la fois brut et délicat, mais toujours chamarré (la déco du train à laquelle sont assortis les uniformes des stewarts et hôtesses vaut à elle seule le détour), de cette envie aussi, de la part de fils de très bonne famille de retrouver peut-être des valeurs essentielles. Le film est beau, décalé, tendre et parfois vraiment hilarant. Un bon exemple des ces films d'auteurs que le cinéma américain autorise encore, dans la veine, des Garden State, Lost in Translation ou Little Miss Sunshine pour ne citer qu'eux.

Recommandé.

20:02 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Je comprends que la scène avec Nathalie Portman t'ait marqué, elle est vraiment sublime (et j'ai pitié d'elle avec ce moustachu improbable). De mon côté, j'ai profité de la plastique superbe même si camouflée d'Owen Wilson (depuis quand il est devenu aussi beau ??). Par contre, je n'avais absolument pas reconnu Angelica Houston dans le rôle de la mère. On va dire que c'est un film sympa mais que ces fils à papa immatures sont agaçants !

Écrit par : canthilde | 15/04/2008

Je les ai trouvés très sympathiques. Tu es juste jalouse qu'Owen Wilson attire les nanas en imitant la larve c'est tout !

Écrit par : Nicks | 15/04/2008

Oui heu non en fait, je m'ai gourré d'acteur. Tu es donc jalouse qu'il attire toutes les nanas en imitant l'oeuf kinder !

Écrit par : Nicks | 15/04/2008

Le tombeur était plutôt le moustachu calamiteux dans le film ! Jalouse, non, juste heureuse de voir une aussi belle bête à l'état sauvage. ;-)

Écrit par : canthilde | 17/04/2008

ha qu'ils sont lourds les bagages du papa! Je suis plutôt contente d'avoir fait comme eux et d'avoir largué ma lourde valise quelque part sur un quai où je ne la ramasserai pas. enfin espérons que je trébuche pas dessus un jour par hasard.
j'ai adoré le film, les couleurs vives, les plans avec les zoom soudain à la bollywood, les frères qui marchent en brochette, qui prennent toujours le train en retard.
ha la famille c'est pas simple!
nathalie portman? citron sucré? je l'ai pas reconnue!je savais pas que c'était elle. Gros coup de vieux angelica houston par contre
super bande originale en tout cas.
bref après les chtits ça m'a fait un bien fou!!!

Écrit par : marieaunet | 20/04/2008

Bah, tu as la garantie d'avoir des conseils de bons goût sur ce blog ! :oB Mais c'est vrai que c'est film qu'on regarde le sourire aux lèvres, avec quelques éclats de rire de temps en temps. Il y a de belles images et ça prend son temps. Je crois que c'est ça qui me fait du bien dans ces films, c'est qu'ils décrochent du rythme effréné de ce monde de fous...

Écrit par : Nicks | 20/04/2008

Youpi!
Moi j'ai beaucoup aimé ce film. J'y étais allé avec une amie et on a tous les deux passé un très bon moment, la photo est superbe, les acteurs sont très bons et l'on est heureux de se trouver devant un film qui ne mise pas sur une action effrénée pour attirer le spectateur!

Écrit par : Alexico | 07/08/2010

Les commentaires sont fermés.