Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2008

Argent, trop cher

254265914.jpgHier soir, j'ai zappé par hasard sur TF1 et je suis tombé sur une émission qui se proposait généreusement de faire gagner du pouvoir d'achat aux français. Comme c'était urbain de leur part. Et que dire de cette touchante envie de donner un coup de main à leur patron qui trépigne à l'Elysée (oui en ce moment, il est assigné à résidence vous avez remarqué. Juste une petite promenade à Toulon où on lui a enlevé sa muselière pour soutenir Muselier et Gaudin en usant des fondamentaux xénophobes et sécuritaires) ?

Les rois du système D , voilà le titre de ce programme d'emplissage de cerveau disponible. Au menu, il y avait des trucs et astuces pour économiser, ne pas payer, gruger de façon légale. Enfin bref, la méthode pour se passer d'argent. Car voilà bien en quoi ce genre d'émission est nauséabonde. Elle veut confirmer aux gens, prenant ainsi le relais des politiques depuis grosso-modo 25 ans, que les gens d'en bas, le public de la chaîne , doivent s'habituer à faire avec ce qu'on leur donne.

Avez-vous remarqué à quel point le mot salaire était absent de la bouche des élus et des chefs d'entreprise ? Pourquoi à votre avis parle t'on autant de pouvoir d'achat et pas de niveau de vie par exemple ? Tout simplement parce que le modèle économique néolibéral est entre autres, fondé sur la modération salariale qui conjuguée au précariat maintient les travailleurs dans la dépendance complète, favorisant flexibilité et obéissance. Il faut ajouter bien sûr la pression sociale dirigée vers la consommation sinon le tableau est incomplet.

La salaire est donc une notion taboue depuis quelques temps maintenant. On parle de revenus, de compléments, de stock-options, d'intéressement mais de salaires point. Car le salaire c'est mal. C'est toujours trop haut un salaire et puis c'est stable un salaire, voire ça augmente. C'est trop sécurisant, ça amollit l'employé, ce feignant qui ne pense qu'à profiter des largesses patronnales en en faisant le moins possible. De plus, ça favorise un sentiment communautaire entre salariés, au travers des conventions et d'une normalisation du traitement. Or ce que la patronnat veut, c'est la compétition entre travailleurs, censée augmenter la productivité et surtout éradiquer les formes collectives de revendications, donc de lutte tout court.

Voilà pourquoi le salaire est banni des discours, les politiques ayant bien entendu dans leur grande sagesse, intégré le désir des employeurs. Ford qui en son temps, avait augmenté les subsides de ces ouvriers pour qu'ils puissent acheter les voitures qu'ils fabriquaient, un grand philanthrope donc, Ford est un naze archaïque. La preuve, il n'a pas survécu...De toutes façons, ces crétins de travailleurs maintenant, on peut les faire consommer sans leur donner assez d'argent. C'est même la nouvelle solution pour faire augmenter la croissance. sauf que le crédit à outrance va peut être donner lieu à la plus sévère crise écomnique depuis celle de 29. Mais je suis mauvaise langue, car les économistes ne se trompent jamais et leurs développements théoriques ont été validé par le tout-puissant lui même (c'est Adam Smith qui a signé là en fait, le patron ne pige rien à l'éco ).

Ce genre d'émission ne fait qu'appuyer sur cette idée que le salaire n'augmentera plus et que pour survivre, il faut être ingénieux et se prendre en main. Hé oui, que croyez-vous, les chinois ils se posent pas de questions eux, ils avancent, avec le reste du monde, tandis que la France est scotchée dans ses acquis d'un autre âge où les gens se voulaient un peu solidaires, quelle gabegie ! Tiens au passage s'il est vrai que la concurrence salariale et démographique de la Chine, pour ne citer qu'elle est incontestable, le différentiel est tel que le maximum de sacrifice tolérable sans explosion sociale serait encore loin du compte pour espérer regagner de la compétitivité. Pour exemple, le salaire mexicain moyen est déjà quatre fois plus élevé que son pendant chinois (pour retrouver la source, voir le Monde Diplo de ce mois-ci). Mais c'est pas grave, tant que ça marche, les dirigeants jouent, se sucrent eux-mêmes et leurs entourage oligarco-médiatico-politique. De quoi être à l'abri quand viendra le temps où ils fuiront leurs responsabilités et regarderont l'humanité s'étriper encore une fois.

Même les petits trucs de grand-mères qui étaient divulgués par des citoyens de bases fimés chez eux (j'ai tenu 5 mn devant ce spectacle navrant, suffisant pour voir un échantillon représentatif de l'émission) sont destinés à diminuer les dépenses. Aucun motif écologique par exemple dans le fait d'utiliser un citron pour nettoyer son micro-onde en lieu et place d'un détergent. Non non ! Le but n'est pas d'apprendre aux gens à être moins mesquins, juste à se passer d'argent, quasiment par tous les moyens. Pour les motivations nobles et constructives, on repassera...

Voilà, je ne vous parle même pas des deux présentateurs de cette émission ultra-démagogique. Je me demande quand même comment ils peuvent se regarder en face en sachant, parce qu'ils le savent, les bouses qu'ils donnent à manger à leur télespectateurs.

Les salaires c'est pas tabou, il n'en viendront pas à bout !!!

 

15:58 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

j'ai pas matté ça, rien que la présentation ça m'a enervée.
chui verte on a failli être communiste à Nîmes : ça s'est joué à 50 voix je crois, enfin la dernière fois que j'ai regardé c'était ça. si je pouvais trouver les 50 connards qui ont voté à droite! sans parler des abstentionistes qui se sont pas levé le cul de leur fauteuil. je trouve ça tellement scandaleux de pas alelr voter ça me rend furieuse. menfin je me dis que ça doit pas être des gens bien malheureux ou alors des gens très con, parce que quand on est dans la merde on se bouge le cul et on vote! bordel

Écrit par : marieaunet | 18/03/2008

Oui j'ai vu que malheureusement Nîmes restait à droite, dommage. Quant à l'abstention, j'en parle dans mon nouveau post. C'est aussi le produit de l'uniformisation de l'offre politique depuis 20 ans. cela engendre déception systématique et désintérêt, voire défiance. Du pain béni pour les extrèmes...

Écrit par : Nicks | 18/03/2008

Les commentaires sont fermés.