Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2013

Nuit blanche

Il est de ces hasards qui font le sel de la vie, en l'occurence ici plutôt le sucre glace et qui lui refont une virginité, façon conception immaculée. Il se trouve que je sortais d'une soirée entre amis tôt le matin et que la neige s'était remise à tomber. Le silence descendait du ciel en myriades de confettis et tapissait le sol, arasant inflexiblement les reliefs hostiles et vidant la ville Lumière de toute présence.

Je n'avais pas sommeil et c'eut été le cas que je l'aurais rapidement oublié tant ces épisodes lactés exercent une attraction irrésistible sur moi. Je décidai de m'offrir une balade à travers Paris, puisqu'elle me déroulait le tapis blanc.

Depuis la Rue Ordener, figée par la brusque avancée d'un désert opalin, jusqu'à la Sorbonne si familière et pourtant si différente, enchassée dans ce glacis au nivellement impeccable, c'est un monde irréel et fantomatique que je découvris au gré de ma randonnée nivale. Je pus admirer les merveilles abandonnées de notre capitale, de nuit, juste avant l'aube, paradoxalement sous un jour inédit et privilégié, comme un explorateur ouvrant une piste dans une réalité alternative, où Paris serait vide et baignée d'un éclat galactique, enfouie dans l'oubli du coton, coiffée de ténèbres cristallins, hantée uniquement de brumes lumineuses.

Dans une ville capturée par le temps, la déambulation se fit visite de musée, ponctuée de tableaux immobiles et poudrés, avec pour unique thème le calme absolu, la sérénité parfaite. La nature qui façonne ce jardin zen éthéré, qui incruste la grande roue de la Concorde comme un diamant à facettes dans le velours gris-orangé de la nuit parisienne, qui travestit le grand Louvre en un palais polaire et spectral, cette nature donc, insufle en même temps une plénitude et une euphorie difficilement descriptible. J'en emporterai les souvenirs uniques de cette nuit blanche.

Les photos qui suivent ont été prises avec mon téléphone portable. L'image est donc de qualité médiocre et les cadrages limites. Malgré tout, je crois que la beauté des scènes y transparait, c'est dire si ces deux heures de marche dans Paris enneigé ont été féériques.

 

Rotation deDSC_0026.JPG

Mon récit photo ordonné commence par la Rue Ordener, dans le 18ème.

 

DSC_0027.JPG

Je ne suis pas passé directement du 18ème au 8ème. Grâce au métro, tout condorde.

 

DSC_0034.JPG

Les sentinelles d'un désert glacé

 

Rotation deDSC_0032.JPG

Un très très gros flocon de neige

 

DSC_0035.JPG

Fontaine, je ne boirai pas de ton snow

 

DSC_0036.JPG

La toile des neiges capture la lumière

 

Rotation deDSC_0033.JPG

Obélisque et *

 

DSC_0037.JPG

Le jardin des Tuileries, blanc de surprise

 

DSC_0042.JPG

Le mystère des cités obscures ( commentaire pour amateurs de Bd)

 

DSC_0043.JPG

Pas un bruit. Personne ne l'ouvre au Louvre...

 

DSC_0045.JPG

Tout ça rien que pour moi, seul face à mon triomphe

 

DSC_0051.JPG

Ombres et lumières au pays du rêve éveillé

 

Rotation deDSC_0050.JPG

Et la lumière fuit !

 

DSC_0059.JPG

Avec ce froid, la Seine n'a pas trop envie de sortir de son lit...

 

DSC_0053.JPG

Quelques flocons de neige et y a plus personne dans les rues !

 

DSC_0054.JPG

Pont Neuf, vieux Paris.

 

Rotation deDSC_0056.JPG

La blague de la salière, ça va bien une fois mais bon !

 

Rotation deDSC_0060.JPG

Ambiance victorienne près de l'église saint Séverin

 

DSC_0062.JPG

Je t'en foutrais moi de la France qui se lève tôt !

 

 

Rotation deDSC_0063.JPG

Un tableau qui, sans ergoter, est gothique.

 

Rotation deDSC_0069.JPG

Forza piétons !

 

Rotation deDSC_0072.JPG

Bon ben  je crois que je suis le seul survivant...

 

DSC_0073.JPG

Photo du square Painlevé au pied levé

 

DSC_0074.JPG

Je suis sûr que cette vue de l'Hôtel de Cluny pique votre curiosité

 

DSC_0075.JPG

C'est moi où c'est beau ?

 

DSC_0077.JPG

Mais ils sont où les gens ? Ben qu'ils y restent !

 

Rotation deDSC_0076.JPG

Montaigne ne fait pas une montagne d'un peu de neige lui !

 

Rotation deDSC_0080.JPG

Ah, on reconnaît quelques traces de sorbonnards en état d'hébriété

 

Rotation deDSC_0081.JPG

N'y aurait-il pas a un blanc dans la conversation...

 

DSC_0082.JPG

Laurier blanc

 

DSC_0084.JPG

Au rendez vous des grands hommes, y a pas grand monde...

 

Rotation deDSC_0087.JPG

Soit je suis déjà passé par là, soit je ne suis pas le seul malade à crapahuter sous la neige...

 

Rotation deDSC_0088.JPG

Le jour se lève, il est temps d'aller dormir...

02:20 Publié dans Dream machine | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paris, neige, nuit

Commentaires

Bonsoir ,comme toujours ,le récit est magnifique...quelle aisance dans tes mots ,pour chaque photo....comme j'aimerai avoir autant d'inspiration pour commenter les miennes..bises.

Écrit par : Rima16 | 28/01/2013

Whaou ! la vache ! mais dis donc tu fais bien de glandouiller à 5 heures du mat dans la Kapitale ! ça te va bien au thym ( en référence à la photo de la Sorbonne)
Ohhh que papa et maman au pays de la porcelaine doivent être contents d'avoir autant d'artistes dans la famille ;)
Bon j'ose espérer que tu es au courant que tous les ans il y a un concours de photos de Paris prises au cellulaire (comme ils disent ici). J'ose espérer (doublement) que tu va postuler pour y déposer tes clichés. Ben voui quoi, ça serait trop égoïste de ta part de laisser ça sur un blog. Faut montrer tes clichés et surtout, surtout la prose qui les accompagne, car c'est toujours aussi drôle.
Tu m'enverras une invit pour le vernissage ?

Écrit par : Chloé | 28/01/2013

Les commentaires sont fermés.