Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2011

Jouons un peu en 2011 !

Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler, en guise de voeux de bonne année que je n'évoquerai que par les quelques mots qui précèdent, d'un petit jeu video sur Pc auquel j'ai pu m'adonner pendant mes vacances.

jaquette-machinarium-pc-cover-avant-p.jpgMachinarium, tel est son nom, est ce qu'on appelle dans le "milieu" des joueurs un jeu d'aventures point and click, genre dont la vieille école, dont je suis, forcément, s'est repue dans les années 90, mais un peu tombé en désuétude avec la frénésie d'action et de délires techniques et visuels qui s'est saisie de l'indutrie vidéoludique depuis. Il est sorti il y a un peu plus d'un an, fruit d'une petite société indépendante tchèque, Amanita design qui le diffuse par téléchargement  (une version Cd est disponible sur le site officiel).

Le jeu vous place dans la tôle d'un petit robot à la bouille sympathique. L'introduction vous fait comprendre que pour une raison encore inconnue, on a décidé de le jeter aux ordures. Le but de votre quête va être de regagner la ville d'où vous venez et bien entendu de démêler le fin mot de l'histoire.

La méthode pour y arriver est pour le moins classique dans le genre, vous balayez les décors à la recherche d'objets que votre personnage peut ramasser et stocker dans le cylindre d'acier qui lui sert de corps et il s'agit de les faire intergagir entre eux, avec l'environnement ou les autres personnages afin de progresser. Rien de révolutionnaire donc de ce côté, mais il faut souligner que tout est toujours très distinct et que l'on est jamais bloqué parce qu'on a oublié un pixel dans un écran et que c'est là qu'il fallait cliquer pour obtenir un item ou une information. De plus, les énigmes sont toujours relativement logiques. Les casses-têtes dont la résolution est nécessaire pour ouvrir certaines portes ou accéder aux commandes de certains objets ou machines sont souvent assez retors mais diablement addictifs.

machinarium-pc-035.jpg

Mais le gros point fort du jeu, c'est son univers. Amanita design qui édite ce jeu possède manifestement des créatifs de premier ordre. Le monde décrit est assez froid et déshumanisé, au sens propre puisqu'il n'est habité que par des robots, aux comportements très proches des nôtres cependant. Même les chiens, chats, oiseaux et autres compagnons domestiques, sont mécaniques. Malgré l'aspect un peu glauque, poussérieux, désanchanté et décrépit de la ville, lieu principal de l'histoire, il s'en dégage aux travers des tableaux que nous proposent les auteurs, énormément de finesse et de poésie. L'humour n'est également jamais loin.

Graphiquement, Machinarirum est une grande réussite avec ses décors d'une très grande finesse malgré le rendu volontairement crayonné au second plan, qui donne tout son caractère et son charme aux dessins, dans un style un peu expresionniste et art-déco. La cité apparaît comme une champignonnière à la fois technologique et anarchique, moderne et à l'abandon. C'est un régal pour les yeux.

machinarium-pc-016.jpg

Les oreilles ne sont pas délaissées car les musiques sont elles aussi remarquables, à la fois froides et douces, entêtantes mais jamais lassantes ou agaçantes, comme cela peut arriver dans des jeux où on peut passer parfois des heures sur le même écran, à s'escrimer contre un casse-tête rebelle à nos efforts intellectuels. La bande originale est d'ailleurs disponible en Cd sur le site du jeu. Il faut noter qu'il n'y a aucun dialogue parlé durant l'aventure. Les personnages communiquent par bulles imagées et la narration utilise le même procédé quand besoin s'en fait sentir. C'est souvent drôle et toujours bien réalisé, dans un style un peu naïf...

Pour finir, les animations sont nombreuses, qu'elles concernent les arrières plans pour l'ambiance, ou les personnages. Elles sont plutôt fluides et diversifiées, avec le même souci du détail esthétique, poétique ou humoristique qui caractérise Machinarium.

Voilà de quoi passer une dizaines d'heures réjouissantes pour une somme modique d'une quinzaine d'euros (moi, on me l'a offert donc plaisir gratuit) et avec le sentiment du devoir accompli, après avoir aidé un petit robot gentil et rigolo à traverser quelques péripéties et l'avoir replacé sur le chemin d'une vie heureuse, simple et tranquille.

machinarium-pc-018.jpg

Je le conseille vivement aux amateurs de ce type de jeu, assez rare de nos jours...

http://machinarium.net/demo/

Les commentaires sont fermés.