Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2008

Passé au rouge

Quand vient Juin et son souffle tiède, apparaissent aussi les corolles vermillon des fragiles coquelicots, fleurs que j'apprécie tout particulièrement. On sait que le pavot, famille à laquelle appartient le coquelicot, est à l'origine de l'opium. Pour autant je n'ai pas besoin de le fumer pour enclencher la machine à rêve.

Allez savoir pourquoi, moi qui n'aime pas spécialement le rouge, j'ai une tendresse toute particulière pour ces pétales froissés qui naissent en même temps que l'été. Les voir depuis un quai de gare perdue, orner le bord des voies ferrées, ouvre automatiquement les vannes des réservoirs de nostalgie et de mélancolie que j'ai fort pourvus. 

858502_19197302.jpg

Ils sont si délicats ces coquelicots en papier japon qui frissonnent sous la brise et qui sont les spectateurs écarlates des joies petites ou grandes qui éclosent à cette période de l'année. Car c'est à cela que je pense en les voyant : aux fins d'années scolaires, à l'insouciance de la jeunesse aux portes d'une liberté de deux mois, à ce qui commence et dont on n'imagine pas la fin, au soleil, aux vacances, aux amitiés, aux amours...

La jeunesse, le temps qui passe, ce que l'on en fait ou pas...C'est toujours la trame de mes dérives oniriques ou méditatives. La beauté me ramène toujours au temps, le temps à la beauté, deux pôles, deux tropismes et moi en lévitation magnétique entre les deux, finalement incapable de m'approprier l'un et l'autre.

Mais revenons à nos poppies comme les appelle nos ennemis amicaux anglais. Ils en ont fait la fleur des soldats de la Grande-Guerre. Le souvenir n'est pas toujours tendre, le coquelicot pas toujours si léger. Pourtant loin des champs de bataille  fleuris de sang et des destins qui s'achèvent, le rouge de cette petite fleur est souvent celui de la vie qui démarre. Rouge timide d'un premier baiser, rouge passion d'une étreinte dans un champ de blé, le rouge du coquelicot n'est jamais très loin des émois au grand air, souvent quand ce sont les premiers. D'ailleurs dans le langage floral, il désigne l'ardeur fragile, une association qui me sied autant qu'elle me plait. 

749310_61819631.jpg

Quand ils me croisent ou m'accompagnent le long de mes trajets ferrés, routiers ou de mes attentes solitaires, je pense à hier et à ce qui ne sera plus, je pense aux jolies choses et à l'abandon, je pense à la beauté de la vie et à la finitude, je pense à la joue si douce de cette adolescente et à ce coquelicot pâle que j'aurais pu y poser rien qu'avec un regard. Il suffisait juste d'en changer la couleur, d'arrêter de penser en bleu pour un instant. Il faut savoir qu'on en est capable...

Les coquelicots s'inclinent doucement sous la juvénile arrogance de Juin. lls ont dans leurs pétales le souvenir de toutes les jeunesses et de tous les étés du monde. J'y vois le passé au rouge... 

Commentaires

quelle tristesse de voir de moins en moins ces jolies fleurs que j'affectionne tout particulierement

Écrit par : Miss-V | 27/06/2008

Ben en fait je crois qu'au contraire on en voit beaucoup plus qu'il y a quelques années, je ne saurais dire pourquoi. Merci d'être passée :)

Écrit par : Nicks | 27/06/2008

j'aimerai bien en avoir sur ma terrasse...j'adore les fleurs...mais je les fais toutes creuver...je dois y voir un signe tu crois?

Écrit par : marieaunet | 29/06/2008

Le coquelicot c'est une fleur assez vivace malgré sa fragilité apparente. C'est ce que j'apprécie d'ailleurs...

Écrit par : Nicks | 29/06/2008

ouais je suis sure que ça pousserait!
enfin en pot je veux dire

Écrit par : marieaunet | 05/07/2008

Ecrit par : Nicks | 27.06.2008

Je crois qu'on trouve davantage de coquelicots parce contrairement à ce qu'on croit, on utilise de moins en moins d'herbicides très puissants...

Car c'est vrai qu'il a 20 ans, on n'en voyait plus du tout...

De même que ces dernières années on voit de moins en moins de merles... Doit y avoir une saloperie qui traîne dans l'air !

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 10/07/2008

Oui, il est possible que l'explication tienne là dedans. En revanche pour les merles, tu devrais venir chez mes parents, ils ne sont pas en voie de disparition là-bas. On a quand même pu manger quelques cerises, malgré tout. Mais c'est à la campagne, bien loin de Paris.

Écrit par : Nicks | 10/07/2008

Ecrit par : Nicks | 10.07.2008

Je parlais des merles de la région parisienne, qui, fût un temps, étaient presque aussi gros qu'un chaton ou qu'un gros rat (merde ! mon côté excessif méditerranéen corse me rattrape...).

Bref, en Corse également, tous les merles ont été transformés en pâté ! De sorte que là bas, c'est devenu une espèce protégée ! Et là, je suis sérieux comme un pape...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 11/07/2008

Les commentaires sont fermés.